Mouvance

Les plantes cherchent à s’élever et à s’étendre dans un mouvement conique. En fait, elles exploitent différentes formes de déplacement pour bénéficier de la vie. Les arbres, ces grands maitres du règne végétal, expriment au maximum ces possibilités. Il y en a des ronds comme un fruit, plein et généreux. D’autres sont protecteurs comme des boucliers ou contractés et réservés. Les plantes peuvent s’enrouler mollement, comme des vignes et les branches de saules pleureurs, dont l’aspect global et si doux et romantique.

En médecine chinoise, on dit que le bois s’étend et s’élève. C’est la joie et les sentiments, en général, ainsi que la sagesse. Les végétaux expriment ce principe au fil de l’année. Au solstice d’été, lees énergies sont les plus près du soleil. La marguerite, s’offrant comme un plateau, rappel le total abandon du Soi au l’Esprit.

Au printemps, la vie s’étire hors du sommeil. La tulipe se tend vers le ciel dans une amorce du mouvement d’extraversion. Les monocotylédones (jonc, orchidées, bananiers…) sont liées à l’émergence du soi. Ces plantes ont des feuilles en longueur. Contrairement aux nervures d’un érable, irradiant dans toutes les directions et reliées entre elles par un réseau sinueux, celles du brin d’herbe s‘alignent les unes contre les autres. La fleur de ces plantes est souvent en forme de tube qui vise le ciel.

Après le relâchement du solstice, l’énergie se recentre. Avec leurs pétales en forme de filaments, les asters semblent éviter de trop en faire. Floconneuses et violettes, elles dégagent la mystique vespérale.

La fleur est l’expression de la beauté. Tandis qu’elle s’avance vers la mort, la nature pense aux choses pratiques et produit des graines et des fruits toujours plus secs et moins colorés. C’est l’hiver, saison des conifères. Perchés sur leur montagne difficile ou leur sol profond, avec leur odeur froide, ces arbres symbolisent la persistance et la grandeur qu’entraine la rétention du Soi.

Les plantes sont la peau de la terre. Elles la protègent, l’équilibrent et l’oxygènent. Leur mouvement d’ouverture stabilise ce qu’ils couvrent. Tandis que les cristaux représentent des états de conscience, le règne végétal visite le cycle de la vie. Le symbolisme des plantes se complique, car chacun des visages de la Déesse sont repris pour en modifier le sens. De la rétention dans l’extension au retour à soi dans l’ouverture, elles expérimentent les sentiments qu’évoque ce voyage entre Gaya et son époux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s